Quand François Hollande dérape… Communiqué de presse de Pierre Dharréville

Posté par durancetrevaresse le 21 avril 2015

Hier soir, François Hollande a livré une nouvelle fois ses sentences pleines de vide sur la situation, afin de masquer l’incurie et les dégâts de sa politique. Le rapprochement qu’il a osé entre le Front national et le Parti Communiste Français est indigne et infamant. A gauche, nombreux sont celles et ceux que cette opération ridicule a blessé et choqué. Elle en dit long sur deux ou trois choses qui méritent d’être éclairées à la lumière de ces propos.

D’abord le renoncement du gouvernement à l’idée-même de gauche et au rassemblement des forces qui s’en réclament, mais aussi le renoncement au progrès social, présenté comme une chimère du passé.

Ensuite la tentation dangereuse de continuer à faire du Front National un épouvantail utile dans le champ politique, en le créditant d’une volonté sociale qui mériterait plutôt d’être démystifiée.

Encore, une méconnaissance de l’histoire ou bien une tendance à la travestir, qui se vérifiera le 27 mai prochain lorsque quatre résistants entreront à juste titre au Panthéon mais sans qu’il n’y figure un ou une communiste.

Enfin, la continuation d’une logique des deux extrêmes supposés, renvoyés dos-à-dos pour justifier l’abandon d’une politique de gauche, pour conforter une pensée dominante libérale exerçant le pouvoir dans une alternance bien rodée.

Le Front national n’est comparable à rien d’autre qu’à d’autres forces d’extrême droite en Europe, qui prônent le capitalisme fût-il national, qui attisent les divisions, les peurs et la haine. La seule manière de combattre leur progression est de mener une politique de gauche répondant aux attentes et ouvrant des perspectives communes aux hommes et aux femmes de notre pays et d’Europe.

Le PCF se veut au cœur de la gauche. Le trouble profond qui existe dans les esprits ne doit pas être entretenu mais dissipé et les enjeux véritables doivent être mis au centre du débat. Je m’associe à la demande formulée par Pierre Laurent d’excuses publiques et j’ose espérer que nombreux seront celles et ceux qui, à gauche, prendront position publiquement pour dénoncer ces propos. Nul ne saura nous décourager d’œuvrer inlassablement à rassembler largement toutes les forces disponibles pour construire la gauche nouvelle dont notre peuple a besoin.

Pierre Dharréville
Secrétaire départemental du PCF 13
membre du Comité exécutif national du PCF

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Nous appelons tous les démocrates, tous les républicains à réagir contre ces agissements factieux

Posté par durancetrevaresse le 10 décembre 2014

Démocrates et républicains bonjour,

Les militants communistes de la section PCF DURANCE TREVARESSE, condamnent avec la plus vive énergie l’agression fasciste dont a été récemment victime notre camarade gardannais. A lui, à ses proches et ses camarades, nous adressons notre indéfectible solidarité.  Ces actes de violence, quelques semaines après la profanation du mémorial de Missak Manouchian à Marseille et l’agression du même type qu’ont subit nos jeunes camarades Aixois, qui, aujourd’hui (mais demain, qui ?), ciblent le Parti Communiste Français, sont inacceptables. Nous appelons tous les démocrates, tous les républicains à réagir contre ces agissements factieux, que l’on pouvait croire d’un autre temps, en faisant front contre l’extrême droite.

SECTION PCF DURANCE TREVARESSE

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent: Discours de cloture de la conférence nationale du 8 et 9 novembre 2014

Posté par durancetrevaresse le 13 novembre 2014


Meeting de Pierre Laurent -- Conférence... par CN-PCFhttp://www.dailymotion.com/video/x29zu0v_meeting-de-pierre-laurent-conference-nationale-le-9-novembre-2014_news">http://www.dailymotion.com/video/
Meeting de Pierre Laurent -- Conférence... par CN-PCFhttp://www.dailymotion.com/video/x29zu0v_meeting-de-pierre-laurent-conference-nationale-le-9-novembre-2014_news

 

 

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

PCF Durance Trévaresse le fascisme ne passera pas

Posté par durancetrevaresse le 30 octobre 2014

Les militants communistes de la Section PCF Durance Trévaresse sont totalement solidaires de leurs jeunes camarades Aixois lâchement agressés par des activistes factieux d’un autre temps. Voilà où mène la banalisation de l’anticommunisme. Voilà où mène la banalisation politique et médiatique de l’extrême droite en France et en Europe. Voilà où mène les crises à répétition du capitalisme qui ne peuvent trouver d’issue dans les logiques néolibérales. Face au cap suicidaire actuel, il est urgent de construire une alternative politique à gauche. Vive la France du progrès humain, de la justice sociale et de la démocratie. Vive la République française des lumières et de la fraternité. Ne laissons pas faire, ne permettons pas au fascisme d’installer la peur dans nos cœurs et dans nos consciences ; affrontons le. 

Pays d’Aix. Agressions par des militants d’extrême droite

Communiqué des sections d’Aix du Parti communiste français et des Jeunesses communistes

Jeudi 23 octobre 2014 dans la soirée, des militants du groupe fasciste et royaliste « Action française » tout droit sorti des poubelles de l’histoire, ont pénétré dans les locaux de la section du PCF du Pays d’Aix aux cris de « à bas à bas la République ! Vive l’Action française ! »

Des jeunes communistes présents pour leur projection-débat hebdomadaire ont reçu des coups de poings et des jets de cannettes de bière. Des tracts du PCF ont été jetés à terre et un meuble renversé par la quinzaine de militants d’extrême droite qui a finalement été repoussée, laissant derrière elle des autocollants signant leurs actes.

Les communistes d’Aix dénoncent avec vigueur cette agression qui intervient 70 ans après la Libération de notre ville. Ils ne se laisseront pas intimider par une poignée de jeunes de la bonne bourgeoisie animée par la haine et la volonté d’en découdre.

A travers les communistes, ils s’en sont pris à la mémoire de la Résistance, aux idées d’égalité, de progrès social et démocratique, de justice et de solidarité internationaliste que l’extrême droite vomit.

Les communistes appellent l’ensemble des républicains à condamner ces agissements et à faire front face à l’extrême droite.

Trois plaintes ont été déposées vendredi 24 octobre par les jeunes communistes.

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..;

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Procès des 1000 vaches : Le PCF condamne la répression syndicale

Posté par durancetrevaresse le 28 octobre 2014

Le 28 Octobre, à Amiens, seront jugés 7 militants de la confédération paysanne pour avoir démonté quelques pièces de la salle de traite de la ferme des 1000 vaches lors d’une action syndicale. Dès lors, un aréopage policier et judiciaire hors du commun s’est déployé pour protéger Michel Ramery, grand patron du Nord, 369ème fortune française et nouveau visage de l’industrialisation de l’agriculture.

Pour mémoire, la ferme des mille vaches, est une concentration d’animaux sans précédent en France. L’Europe est largement complice de ce type de projet. En libéralisant le marché et en supprimant les quotas laitiers, l’U.E. Incite à une nouvelle concentration des fermes. La rentabilité d’une telle usine ne tient que grâce à la production de méthane subventionnée. Nous refusons ce capitalisme vert au détriment de l’agriculture paysanne et de la transition écologique. Ce projet est néfaste à l’environnement, l’emploi et la souveraineté alimentaire des peuples.

Le PCF réclame l’amnistie des 7 syndicalistes, la fixation de prix justes et rémunérateurs, la planification de la production et le soutien équitable des exploitations et filières les plus fragiles. C’est dans cette direction que les politiques publiques à l’échelle française et européenne doivent s’engager si nous voulons conserver une souveraineté et une sécurité alimentaires dignes de ce nom.

Pour toutes ces raisons, il appelle les consommateurs, les militants, les sympathisants et ces élus à venir apporter leurs soutiens aux militants de la Confédération Paysanne, faisons du mardi 28 octobre, à 11H00, devant le palais de justice d’Amiens, 14 rue Robert de Luzarches , le procès de l’industrialisation de l’agriculture ! Une délégation du PCF sera présente.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Les chômeurs sont-ils devenus le principal ennemi du gouvernement ?

Posté par durancetrevaresse le 10 octobre 2014

Lors de ses génuflexions devant le ghota de la City londonienne, le Premier ministre  » pro-business » a livré l’assurance-chômage de notre pays sous la forme de « confidences ». Pour Manuel Valls, cette question doit être « reposée » tant sur le montant de l’indemnisation que sur sa durée. Hier soir, Jean-Marie Le Guen a confirmé cette nouvelle offensive.

Rappelons la réalité des choses. Sur 5,732 millions de chômeurs inscrits, toutes catégories confondues, seulement 2,24 millions sont indemnisés par le régime d’assurance chômage. Mais surtout, avec un nombre d’offres d’emplois mensuelles qui tourne autour des 220 000, comment prétendre répondre aux demandes d’emplois des 3,413 millions de chômeurs de la seule catégorie A, en hausse de 5,2% en un an ?

En réalité, le Gouvernement sait que l’emploi ne repartira pas malgré le numéro de claquettes du Medef. Ses choix austéritaires, sa volonté de flexibiliser et précariser l’emploi et le travail n’y concourent pas. En revanche, il sait que cette hausse du chômage va accroître le niveau des dépenses d’indemnisation de l’Unédic, et qu’il faudra bien à un moment donné, compte tenu du déficit et de l’endettement actuels de l’organisme, accroître le niveau de ses recettes, et donc accroître la contribution des employeurs et de l’État. Une option contraire à l’orientation actuelle qui vise à prendre de nouveau dans la poche des chômeurs en rognant une fois de plus leur droits.

Après les déclarations, de François Rebsamen sur le renforcement des contrôles des personnes inscrites à Pôle emploi, la question est posée : les chômeurs sont-ils devenus le principal ennemi du gouvernement ?  Il y a en effet une forme d’obscénité à multiplier les stigmatisations visant les privés d’emploi et avec eux des familles entières qui dont les vies sont réduites à l’accumulation de difficultés et de privations.

Alors que le débat parlementaire sur le budget 2015 n’est pas encore ouvert, la commission européenne met la pression en demandant 8 milliards de plus, ce qui pourrait laisser croire  en une certaine « douceur » dans l’austérité de 21 milliards proposée par le Gouvernement…qui ouvre une nouvelle brèche dans notre pacte républicain et social en pointant de la sorte l’indemnisation des chômeurs. Les rôles sont bien distribués mais la pièce se joue face à un rejet massif des peuples et une défiance inégalée.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………;

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Entre l’état islamique et la police turque les kurdes resistent.

Posté par durancetrevaresse le 8 octobre 2014

Photo Stéphane Audouard

Photo Stéphane Audouard

Suruç et Alizor (Turquie),
envoyé spécial. Tandis que les forces de « l’État islamique » continuent d’avancer dans les rues de Kobané, 
Ankara empêche les Kurdes de Turquie d’aller prêter main-forte à leurs cousins syriens. Malgré une résistance féroce des combattants des YPG et du PKK, la ville peut tomber d’une heure à l’autre.

Une image résume ce mardi le scénario dramatique qui se joue depuis vingt-quatre heures aux portes de Kobané, à deux pas de la frontière turque. Pendant que les fumées noires des combats montent dans le ciel de la ville assiégée par l’« État islamique » (EI), d’autres fumées, blanches celles-ci, enveloppent sur une colline des militants du BDP (force politique kurde de Turquie) qui tentent de passer la frontière pour venir en aide à leurs frères d’armes. À plusieurs reprises, des camions de police turcs faisant barrage à ces volontaires envoient des bombes lacrymogènes sur la centaine d’hommes et de femmes qui, malgré la suffocation des gaz, recommencent sans cesse le même ballet désespéré sur le monticule dominé par les tanks de l’armée. Symbole de l’étouffement organisé dans lequel le peuple kurde se retrouve coincé au vu et au su du monde entier à l’heure même où Kobané peut tomber d’un instant à l’autre dans les mains de l’EI.

Elle s’appelait Zozan Hamede pour sa famille, mais Zozan Aghan était son nom de combat. Celui sous lequel la reconnaissaient ses frères et sœurs de guérilla au sein des YPG (Unités de protection populaire, forces armées kurdes de Syrie). Depuis plusieurs semaines, Zozan luttait à armes inégales contre les forces de « l’État islamique » à Kobané. Lundi matin, elle est tombée arme au poing. Dans le cercueil hissé sur les épaules de militants et de membres de sa famille, c’est le corps de cette jeune fille de dix-sept ans qu’une foule de plusieurs centaines d’âmes amène dans le cimetière du petit village d’Alizor à quelques kilomètres de la ville assiégée. Après une prière au nom d’Allah, au moment même de mettre la défunte en terre, jeunes, vieux et enfants, applaudissent une dernière fois l’héroïne, accompagnés de cris de victoire au nom des YPG.

 

Elle a été blessée hier », raconte Serma, une sympathisante du Parti pour la paix et la démocratie (BDP, force politique qui représente le PKK au Parlement turc). « Une ambulance l’a ramenée à l’hôpital de Suruç où elle a succombé à ses blessures il y a quelques heures », explique la jeune femme, les yeux embués. « Tout cela est la faute de la Turquie, ajoute-t-elle, si nous étions plus nombreux et mieux armés, il y aurait moins de victimes, mais on ne nous laisse pas rejoindre Kobané. » Dans la nuit de lundi à mardi sur la route qui mène du village de Chaykara à celui de Mursitpinar, des centaines de voitures venues de tout le Kurdistan turc ont tenté de passer les forces de police. En vain. « Pendant toute la nuit nous avons reçu des grenades de bombes lacrymogènes, reprend Serma. Le préfet nous a même ordonné de rentrer dans nos villages si nous ne voulions pas que les forces de police chargent une bonne fois pour toutes. »

Hier encore, en début d’après-midi, l’on pouvait voir des dizaines de véhicules agglomérés sur la même route, des drapeaux des YPG et du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) attachés aux rétroviseurs. Les plus courageux tentant même de passer à pied un barrage de police posté sur une colline en face de Kobané également sertie de tanks de l’armée. Certains repartiront en ambulance blessés par les gaz. Depuis vingt-quatre heures, le va-et-vient entêtant des sirènes ne cesse en effet de déranger le calme habituel de la petite ville de Suruç. L’unique hôpital de la ville est pris d’assaut par les véhicules de secours dépêchés par l’ensemble des communes alentour. Si ces ambulances ramènent quelques hommes et femmes asphyxiés par les gaz de la police, la grande majorité transporte des combattants ou des civils de Kobané. Et chaque fois, la même scène se répète à l’intérieur de la petite cour bondée de monde. Lorsque les portes de l’ambulance s’ouvrent sur un blessé transporté d’urgence au bloc opératoire, tout comme dans les allées du cimetière d’Alizor, la foule reprend en cœur des chants à la gloire des YPG, accompagnés d’applaudissements.

Dix personnes sont mortes depuis lundi faute de soins donnés à temps

Depuis la cantine extérieure de l’hôpital, Injalay Erdogan, une médecin volontaire d’Istanbul arrivée il y a quatre jours, regarde épuisée la scène, un thé et une cigarette à la main. « Cela n’arrête pas depuis lundi. Nous avons reçu plus de 60 blessés graves en à peine deux jours… Ce sont des éclats d’obus, des blessures par balles, bref les traumatismes classiques que l’on trouve en temps de guerre, relate-t-elle. Nous faisons des miracles, mais nous pourrions en faire plus encore si nous n’étions pas empêchés. » Dans la nuit de lundi à mardi, Injalay s’est rendue à deux pas de Kobané où gisaient de l’autre côté du poste frontière six personnes gravement blessées. « Je suis arrivée avec l’ambulance, mais la police ne m’a pas laissée entrer pour aller les récupérer, s’indigne-t-elle. C’étaient pourtant des cas de traumatismes graves, qui demandaient une assistance immédiate. » D’après le professeur turc Cem Perzi, président de la société européenne de chirurgie, présent à l’hôpital ce jour-là, au moins dix personnes sont mortes depuis lundi soir faute de soins donnés à temps.

« Beaucoup d’ambulances sont freinées par les forces de police pour des raisons officielles de sécurité, rappelle-t-il. Tout le monde ignore la situation. Nous sommes les témoins d’un massacre de masse. Il y a, à l’heure où je vous parle, des combats de rue d’une extrême violence dans Kobané, et si personne, ni la communauté internationale, ni la Turquie, ne fait rien, des milliers de gens vont mourir. » À peine a-t-il fini sa phrase qu’une nouvelle ambulance entre en trombe dans la cour du petit hôpital. Un jeune combattant des YPG évanoui, la jambe en sang, est amené aux urgences. Depuis le début des combats, il y a trois semaines, plus de 400 personnes sont mortes, et des centaines d’autres blessées. À l’heure où sont écrites ces lignes, les forces de Daesh continuaient de pilonner le centre-ville de Kobané où des tirs de mortiers n’ont cessé d’émailler les cieux de la ville pendant tout l’après-midi. Elles progressaient dans le sud-ouest de la ville. Les fumées noires des bombes de « l’État islamique » rivalisant dans le ciel avec les nuages blancs des grenades lacrymogènes de la police turque.

 

Les Kurdes occupent le Parlement européen à Bruxelles
Des drapeaux kurdes,  des banderoles avec le portrait d’Abdullah Öcalan… la scène n’est pas habituelle dans le hall du Parlement européen
à Bruxelles. Hier, quelques dizaines de Kurdes ont fait irruption en ces lieux pour attirer l’attention sur l’étau djihadiste qui se resserre
sur la ville de Kobané (voir ci-dessus). Les députés de la Gauche unitaire européenne ont été les premiers à les  accueillir, parmi lesquels
Marie-Christine Vergiat (Front de gauche). « Nous comprenons votre inquiétude pour les gens  de votre région (…) et nous  sommes à vos côtés. (…)
Nous ne tolérons aucune violence contre votre peuple », a déclaré Gabi Zimmer, présidente de la GUE. Le président du Parlement  européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz  ensuite a accepté de  les recevoir.
Sourcz: http://www.humanite.fr/entre-letat-islamique-et-la-police-turque-les-kurdes-resistent-554039#sthash.jjteRmto.dpuf

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes

Posté par durancetrevaresse le 8 octobre 2014

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Valérie Gonçalvès. « Le droit opposable à l’énergie devrait être inscrit dans la la loi »

Posté par durancetrevaresse le 5 octobre 2014

Valérie Gonçalvès
en charge de la commission énergie au PCF.

Il est urgent de sortir l’énergie de la loi du marché et de la concurrence. Enjeux auxquels la loi en débat ne répond absolument pas. Bien au contraire. Elle participe à privatiser purement et simplement par exemple notre parc hydroélectrique (barrages). Or celui-ci contribue aux multi-usages de l’eau, comme la gestion des crues, la sécurité des biens et des personnes mais également elle permet de répondre aux exigences des périodes de pointe de consommation. Elle est notre première énergie renouvelable, sa braderie est inadmissible !

L’objectif de diminuer par deux nos consommations d’énergie à l’horizon 2030 est contestable ! Cette perspective est complètement incohérente d’une part avec l’évolution démographique de notre pays dont les prévisions s’acheminent vers 70 millions d’habitants en 2050 et d’autre part avec la satisfaction des besoins sociaux. Les baisses de consommation observées ne sont que les conséquences de la crise sur l’activité économique et l’augmentation de la précarité énergétique. Le PCF ne se résigne pas à désindustrialisation de notre pays. Cela suppose un accroissement de nos capacités de production et donc de consommation d’énergie.

La réduction de 30 % de nos émissions de CO2 d’ici à 2030 vient en contradiction avec l’objectif de vouloir réduire la part de l’électricité nucléaire dans le mix électrique. Axer la transition énergétique sur notre production d’électricité peu émettrice de C02 (9%), en raison du mix nucléaire et hydraulique, est aberrante.

Puisque qu’en France, les bâtiments et les transports, c’est 70% de notre consommation d’énergie, c’est dans ces deux secteurs qu’il est urgent d’agir ! Les énergies fossiles représentent aujourd’hui 69% de l’énergie finale consommée en France, les transports consomment près de la moitié de cette énergie, ils sont les premiers responsables de la croissance des émissions de gaz à effet de serre (42.000 décès prématurés seraient imputés à la pollution atmosphérique). Le report modal, le fret ferroviaire, les lignes secondaires, l’urbanisme en particulier l’étalement urbain, la faiblesse de l’appareil productif pour produire ou recycler (aciérie) qui nous contraint à importer la majorité de ce qu’on consomme ne sont pas abordés. Le transport reste le grand oublié de la transition énergétique.

Le recul du gouvernement sur l’écotaxe est éloquent ! En plus de faire supporter une taxe supplémentaire sur les particuliers, l’État se prive de recettes directement affectées aux infrastructures routières.

Quant à l’objectif d’une rénovation thermique de 500 000 logements par an, malheureusement force est de constater qu’aucun financement ne l’accompagne, sans parler de la nécessité de développer la filière industrielle (emplois et formation).

L’accès à l’énergie est un droit fondamental Il doit être reconnu comme tel ! Nul ne peut en être privé pour cause de pauvreté. Il devrait être inscrit dans la loi comme droit opposable !

Le PCF exige la création d’un pôle public de l’énergie comme acteur d’une politique de coopération industrielle visant le progrès social et répondant aux grands défis écologiques de la France, en Europe et dans le monde. Il faut que l’intérêt général prenne le pas sur les intérêts particuliers et l’enrichissement de quelques uns. En ce sens, il faut en finir avec le système de soutien direct aux ENR. Il faut, via des politiques publiques efficaces, tant en matière d’investissements que de recherche, créer des filières industrielles du renouvelable.

Enfin, la France doit être un des acteurs dans la relance de l’énergie nucléaire qui s’opère à l’échelle mondiale en y apportant son expertise et ses exigences en matière de sûreté.

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La lutte contre le terrorisme est une priorité

Posté par durancetrevaresse le 27 septembre 2014

Hommage à la mémoire d’Hervé Gourdel

La lutte contre le terrorisme est une priorité pour les communistes. Le meurtre de notre compatriote, Hervé Gourdel, nous rappelle que des groupes structurés sont prêts à tout pour faire régner la peur et la haine.

Les communistes participeront à tous les hommages nationaux ou locaux en la mémoire d’Hervé Gourdel dans le respect strict des volontés exprimé par sa famille.

Les communistes y participeront pour apporter à la famille et aux proches de la victime toute leur solidarité dans ce moment si difficile et douloureux pour eux. Nous réaffirmons notre indignation face à la cruauté et l’inhumanité des assassins d’Hervé Gourdel et face à celles de tous ceux qui se réclament du djihadisme.

Les communistes y participeront pour réaffirmer que face à ce déchaînement de violence et de haine, ils travailleront sans relâche à la cohésion de notre peuple dans toutes ses composantes et sans discrimination dans la lutte pour l’égalité, la justice et la solidarité.

Les Français ne tomberont pas dans le piège tendu par les terroristes, ou certains extrémistes de l’ordre nouveau. Aucune religion ne prône le recours à une telle barbarie et ne peut servir à justifier de tels actes de terreur. Nous saluons toutes celles et tous ceux qui se lèvent pour manifester leur liberté de conscience et dire non au terrorisme.

« Guerre » contre le terrorisme ou « lutte » contre le terrorisme ?

Le meurtre d’Hervé Gourdel met en premier plan la lutte contre les organisations terroristes. La sémantique n’est pas neutre. La « guerre » contre le terrorisme préconisée par le président de la République fait référence aux mots et à la politique de G.W. Bush après le 11-Septembre.

13 ans plus tard, nous voyons bien que cette stratégie est un échec et un désastre.

Un échec car elle nie que la structuration de ces groupes terroristes a été et est encore aidée par des puissances internationales et régionales comme l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les États-Unis eux-mêmes tant qu’ils servaient leurs intérêts ou servaient à diviser les peuples sur lesquels l’« Occident » prétend maintenir sa domination. Aujourd’hui les monstres échappent à leurs créateurs.

Un désastre parce que les 4 000 milliards de dollars mis dans cette « guerre » ont ont pour résultat d’être passé d’1foyer de djihadistes dans le monde à 13.

Il faut donc changer de politique. Le PCF souhaite qu’une véritable stratégie de lutte contre le terrorisme se mette en place. Cela nécessite d’avoir des objectifs clairs et les moyens financiers et humains d’agir sans compromettre les libertés individuelles. Cela suppose de sortir d’une logique de domination économique, politique et militaire au profit d’une logique de coopération, de développement, de démocratie.

Les meurtres antisémites d’un Merah ou encore le cafouillage du week-end dernier à l’arrivée de 3djihadistes en provenance de Turquie montrent que notre système de renseignements et de sécurité intérieur ont de sérieuses lacunes.

Les renseignements généraux et les services anti terroristes ont-ils les moyens techniques et humains pour remplir leurs missions ? et surtout quelles sont les priorités et modalités de leur mission ? Le dispositif juridique et législatif de notre pays est suffisant pour répondre à la menace terroriste, il faut encore l’appliquer, et ce dans le respect des droits et libertés.

Le Parlement n’est pas assez associé aux objectifs et moyens mis en œuvre. C’est indispensable pour éviter toute tentation de dérives autoritaires.

Non à la guerre, Oui à des mesures coercitives contre Daesh

Est-ce que les frappes aériennes menées par la France en Irak et par les États-Unis en Syrie vont empêcher ce qui s’est passé en Algérie avec le meurtre d’Hervé Gourdel ? A l’évidence non ! La France doit être unie derrière la famille d’Hervé Gourdel. Dans un moment tel que celui-là, la recherche de cohésion s’impose, mais elle ne peut se traduire par taire le débat qui existe sur la manière de mener efficacement ou non la lutte contre le terrorisme, et sur l’aide à apporter à ceux qui en Irak et en Syrie combattent  «l’État islamique ».

La force du mouvement Daesh, c’est à la fois de s’appuyer sur une base territoriale et une stratégie économique. Les objectifs militaires de la France au moyen de « frappes » en Irak, même ciblées, sont inefficaces dans la durée. Au lieu de dépenser des millions dans des frappes militaires, il serait plus utile d’aider de manière plus importante les combattants kurdes en Irak et en Syrie, et d’aider l’Irak à reconstruire son armée et son État.

Le terrorisme c’est d’abord une entreprise de la terreur et de conflits

Le terrorisme c’est d’abord une entreprise qui cherche à faire des profits financiers en faisant régner la terreur. Le chiffre d’affaires de Daesh dépasse le milliard de dollars par an. Des mesures internationales doivent être prises pour agir sur les États de la région qui arment et achètent aux groupes terroristes du pétrole, pour agir sur les finances des « émirs » chefs de bandes qui utilisent le terrorisme comme moyen de s’enrichir, et pour agir enfin sur les marchands d’armes qui profitent des trafics.

Parti communiste français, le 26 septembre 2014

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...18
 

lapolitique |
oo98 |
Pays de l'Union Européenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La CCPL selon Cyril COTINAUT
| salamine
| L'Humanité se suicide